jeudi 22 mars 2018

Suivi par le baguage de la migration du Phragmite aquatique en France, état des lieux fin 2016


Le rapport sur l'état des lieux 2016 du suivi de la migration post-nuptiale du Phragmite aquatique en France, par la méthode du baguage, est disponible sur le site du PNA en faveur du Phragmite aquatique : http://www.bretagne-vivante.org/France/La-protection-du-Phragmite-aquatique/Base-documentaire

Ce rapport synthétise le travail réalisé par l'ensemble des bagueurs bénévoles du réseau du CRBPO/ MNHN, sur l'ensemble des sites en France étudiant la migration de cette espèce menacée.
Il permet d'avoir une vision globale, lié au travail de chacun localement.

Bonne lecture
--
Christine BLAIZE
Coordinatrice du Plan National d'Actions en faveur du Phragmite aquatique
Main Coordinator of National Actions Plan for Aquatic Warbler for France

Visitez le web du  PNA Phragmite aquatique / Visit National Actions Plan for Aquatic Warbler web site : http://www.bretagne-vivante.org/France/La-protection-du-phragmite-aquatique

mercredi 21 mars 2018

LIMITRACK…course poursuite avec les limicoles en Pays Charentais !!


Dans le cadre de la gestion de la Réserve Naturelle Nationale de Moëze-Oléron (LPO), un Programme Personnel sur les limicoles côtiers a été initié par Philippe Delaporte (Conservateur) et Nicolas Boileau (Garde-Technicien) en 2001.

Depuis 2015, certains individus de cinq espèces ont été équipés de balises GPS (Coulis cendré, Barge à queue noire, Barge rousse, et Pluvier argenté porteurs de combinaisons de bagues de couleur + l’Huitrier pie avec GPS seul). La tutelle « recherche » est assurée par le laboratoire LIENSs de l’Université de La Rochelle sur les différentes RNN de Charente-Maritime. 
L’objet initial de ce Programme Personnel est d’appréhender le fonctionnement spatio-temporel de 9 espèces de limicoles côtiers au sein des Pertuis Charentais (17), d’estimer le taux de survie intra et inter annuel et sur leur rôle durant leurs hivernages et leurs haltes migratoires. 

Un volet supplémentaire assuré par le LIENSs, permet de mesurer la relation entre les espèces-proies (macrofaune benthique) ainsi que le rôle des RNN de Charente-Maritime pour ces oiseaux.
Depuis le début de ce programme, 25 430 limicoles ont été bagué donnant lieu à pas moins de 33 000 contrôles (recapture filets + visuels) !

La création du blog « LIMITRACK » zoom sur les espèces équipées de GPS, présente le contexte de l’étude et les objectifs de ce programme ambitieux pour la connaissance et la protection de ces espèces ayant pour la plupart un statut de conservation défavorable : http://limitrack.univ-lr.fr/ .




Ce travail permet d’apporter, par cette nouvelle technologie, des nombreuses connaissances supplémentaires sur des espèces finalement peu connues à l’échelle locale mais également pour certaines au niveau de leurs aires de répartition:
  • ·     en hivernage (acquisition de connaissances sur les domaines vitaux, zones de reposoirs, gisement des espèces proies, rythmes jours/nuits…),
  • ·         en migration (voie de migration au sein des sous espèces, zone de haltes,  comportement face aux conditions climatiques…),
  • ·         en période de nidification (identifier les zones de reproduction, connaissance des habitats utilisés, date d’arrivée/départ…)



Ce blog a été créé et mis en place par le LIENSs coordinateur de ce programme de recherche et de conservation en lien avec les différentes Réserve Naturelle Nationale de Charente-Maritime (LPO).

En vous souhaitant une belle découverte de ce site, qui sera régulièrement alimenter par les folles aventures de ces migrateurs au long cours !



lundi 19 mars 2018

Poxvirose chez les mésanges, trichomonase chez les verdiers: les mangeoires accroitraient le risque épidémique chez les passereaux communs

Mésange charbonnière atteinte de poxvirose aviaire
Les bagueurs du réseau CRBPO suivant les oiseaux en hiver dans le cadre du "Suivi des Populations d'Oiseaux Locaux aux Mangeoires" ont contribué à révéler l'émergence de la poxvirose en France, maladie qui a eu un essor important en Grande-Bretagne dès le début des années 2000. Actuellement, nous avons une veille en cours sur des mortalités suspectes de Verdier d'Europe, probablement pour partie attribuable à la trichomonase comme en Grande-Bretagne.

Une équipe britannique vient de publier une synthèse remarquable sur l'émergence de ces pathogènes en Grande-Bretagne, et leur impact sur les populations de passereaux communs, mettant en avant le rôle probable des mangeoires dans l'accélération de la propagation de ces pathogènes.

Au cours de 2018, avec les projets en cours (en partenariat avec ONIRIS / CVFSE Pays de Loire, et le réseau de veille sanitaire de l'ONCFS - SAGIR),  nous ferons un état des lieux sur ces deux épidémies également émergentes en France.

Pour en savoir plus:
https://www.birdguides.com/articles/garden-birds/to-feed-or-not-to-feed/https://www.birdguides.com/articles/garden-birds/to-feed-or-not-to-feed/

Ou lisez l'article complet: 
Lawson, B., Robinson, R.A., Toms, M.P., Risely, K., MacDonald, S. & Cunningham, A.A. (2018). Health hazards to wild birds and risk factors associated with anthropogenic food provisioning. Philos. Trans. R. Soc. B Biol. Sci., 373

lundi 12 mars 2018

La fin d'une énigme: voies migratoires et zones d'hivernage de l'Engoulevent d'Europe



 Engoulevent d'Europe capturé durant la migration post-nuptial
Landes, septembre 2014 Romain Provost
L’Engoulevent d’Europe a été l’objet de nombreuses études durant les quatre ou cinq mois où il séjourne en Europe occidentale. En revanche, la migration et l’hivernage étaient mal connus, faute de reprises de bagues ; on pensait même à tort qu’il séjournait pendant la mauvaise saison dans une vaste région s’étendant du Sénégal au Cameroun.

 Pour obtenir des informations solides, plusieurs dizaines d’oiseaux ont été équipés de geolocalisateurs entre 2008 et 2015 dans le sud de l’Angleterre, dans le nord-est de la Belgique et en forêt de Fontainebleau.  
Onze de ces appareils ont été récupérés après avoir fonctionné de manière satisfaisante, et ils ont fourni des résultats qui sont détaillés dans un article de la revue Ibis.
Qu’ils soient anglais, belges ou français, ces onze individus, bien loin de s’arrêter  au nord  de la grande forêt tropicale d’Afrique centrale, l’ont survolée pour passer les mois d’hiver dans les milieux semi-ouverts qui bordent ses limites méridionales. La majorité a séjourné dans le sud de la République Démocratique du Congo, mais compte tenu de la marge d’erreur, il est possible que le mâle équipé à Fontainebleau ait franchi de quelques kilomètres la frontière angolaise…
Quant aux voies migratoires, elles dessinent une boucle classique, le trajet printanier étant déporté vers l’ouest par rapport au voyage d’automne.

Migration postnuptiale à gauche et migration prénuptial à droite.
Chaque individu est représenté par un trait de couleur différend.


Pour en savoir plus :
Evens R., Conway, G.,Henderson, I., Cresswell B., Jiguet F., Moussy C., Sénécal D., Witters N., Beenaerts N., Artois T., 2017. Migratory pathways, stopover zones and wintering destinations of Western European Nightjars Caprimulgus europaeus. Ibis, 159 (3) 680-686.

Résumé par Didier Senecal, participant à l'étude et responsable d'un programme personnel sur l'engoulevent en forêt de Fontainebleau (77)

jeudi 18 janvier 2018

Nouveautés 2018 de MOVEBANK

La newsletter de Janvier 2018 vous présente les nouveautés récentes de MOVEBANK. MOVEBANK est la plateforme utilisée pour l'archivage annuel de toutes les données de télélocalisation collectées dans le cadre de programmes personnels autorisés par le CRBPO.

Pour plus d'infos: https://www.movebank.org/node/90724

vendredi 22 décembre 2017

Nouvelles sur le phragmite aquatique

Dans le cadre du Plan National d'actions en faveur du Phragmite aquatique, une newsletter est régulièrement publiée pour informer le réseau des actualités de l'espèce. La newsletter 7eme du nom vient de sortir (disponible ici). Dans cette newsletter vous trouverez des informations sur les habitats préférentiels de l'espèce, un lien vers la bibliothèque dédiée au Phragmite aquatique, des histoires de vie originales d'individus capturés, des faits historiques et les actualités du réseau hors de nos frontières.

Vous pouvez apporter votre contribution aux prochaines newsletter en nous envoyant vos observations, anecdotes, rapports photos etc (contact: Christine Blaize, christine.blaize@bretagne-vivante.org).  Le prochain numéro sortira courant 2018.

jeudi 14 décembre 2017

La réduction des effectifs de grives et merles migrateurs et hivernants en France: déclins démographiques ou changements de stratégie migratoire ?



Grive mauvis (Photo: Andreas Trepte)

Les turdidés font partie des espèces aviaires prisées par les chasseurs. Or les prélèvements à la chasse sont à la baisse ces dernières décennies (Fig. 1 ; Roux et al. 2015). Cette érosion des prélèvements pourrait refléter une réduction de l’abondance de ces espèces dans les populations d’origine et/ ou un changement des stratégies migratoires, potentiellement en lien avec les changements climatiques (Rivalan et al. 2006). Nous avons donc lancé un projet de recherche afin d’élucider les causes de ce déclin, en établissant la part respective du déclin démographique et du changement de stratégie migratoire.

Variations d’abondance des effectifs nicheurs et hivernants des principales espèces de grands turdidés en France (source: Roux et al. 2015)

Maxime Lahournat
Maxime Lahournat est en charge de ce projet de recherche doctorale, projet financé par l’ONCFS, et encadré par Cyril Eraud (Centre National d'Etudes et de Recherches AppliquéesAvifaune migratrice / ONCFS), Frédéric Jiguet et Pierre-Yves Henry (CRBPO / CESCO MECADEV). Le travail impliquera la caractérisation des aires d’origines des contingents hivernants et migrateurs, leurs éventuelles modifications au cours des décennies, et la dynamique de populations. Le projet reposera en grande partie sur l’analyse des données de baguage et de reprise/contrôle collectées au cours des cinquante dernières années dans de nombreux pays européens. Pour la France, ces données seront issues de la Base de données de baguage et déplacements d’oiseaux de France maintenue par le CRBPO. A l’échelle de l’Europe, c’est la base de données commune maintenue par EURING qui fournira des données issues d’une trentaine de pays.

Dans la perspective de ce projet, Khaldia Akkari et Marielle Péroz (techniciennes au CRBPO), renforcées par des personnels de l’ONCFS, ont ainsi saisi l’intégralité des données de baguage collectées en France sur les turdidés. Ces données sont maintenant consultables sur CRBPOData.

Références :
Roux D., Dej F., Landry P., Body G., & Eraud C. (2015) Suivi des populationsnicheuses (1996-2015) et hivernantes (2000-2015). Réseau national d’observation « Oiseaux de passage » ONCFS-FNC-FDC. Rapport interne ONCFS, 26 p.

mardi 14 novembre 2017

Attraction d’autres espèces par le chant de la Gorge-bleue à miroir durant la migration postnuptiale: un test expérimental


Gorgebleue à miroir

Il est bien connu que l'utilisation d’un leurre acoustique pour une espèce peut biaiser la population capturée de cette espèce (selon le sexe, l'âge ou l'état corporel) pendant les sessions de baguage au filets. Cependant, la possibilité que cet effet affecte les captures hétérospécifiques a été moins explorée et manque de preuves expérimentales solides. De la Hera et al. (2017) ont testé par une approche expérimentale si l'utilisation d'un leurre acoustique de la Gorge-bleue à miroir Luscinia svecica modifiait le nombre total doiseaux 'hétérospécifiques capturés durant la migration d'automne dans une zone humide située dans le sud-ouest de la France. Nous avons constaté une augmentation du taux de capture des espèces non ciblées. Cela montre que l'utilisation de leurre acoustique peut être une source d'erreur méthodologique pour la communauté des oiseaux tout au long des campagnes de baguage.

Pour en savoir plus: